Actu Nationale
A la Une

Agréments de concessionnaires : les premiers dossiers auraient été refusés

Le  feuilleton des agréments  de concessionnaires automobile se poursuit toujours mais cette fois-ci avec une décision qui risque de faire tache d’huile et pour longtemps pour le secteur de l’automobile . 

En effet, nous apprenons de plusieurs sources concordantes que les réserves sur  9 dossiers pour l’obtention d’agrément pour l’automobile  auraient été levées et que  9 refus leur auraient été signifiés. Un 9 sur 9 sans faute !

Cela signifierait que l’ensemble des premiers dossiers étudiés par le comité technique interministériel et qui avaient reçus des réserves auraient reçu, par la suite, un refus en attendant probablement des refus pour l’ensemble des dossiers.

En attendant une confirmation de cette information par le ministère de l’industrie, le comité se serait basé, selon nos sources, dans certains dossiers, sur les rapports établis par les directeurs de l’industrie et des mines au niveau des wilaya ( DIM). Ces derniers avaient exigé pour certains dossiers des documents par rapport aux infrastructures qui ne figurent pas sur le décret exécutif 21-175 ni sur le cahier des charges 227/20 régissant cette activité comme  le certificat de conformité, permis de construire, livret foncier du propriétaire

Il est utile de préciser que parmi les dossiers refusé, y figurent des concessionnaires automobiles qui capitalisent plus de 30 ans d’expérience dans ce domaine avec un contrat avec le constructeur qui remonte au début des années 2000 pour certains, et bien avant pour d’autres. Ces concessionnaires ont-ils buté sur un simple dossier administratif?  

Ces même concessionnaires , faut-il le rappeler , qui n’ont rien à avoir avec les scandales de l’automobile et qui ont consenti de lourds investissements, pour certains sur fond propre avec des milliers de postes d’emplois.

Quelle est cette image que nous transmettons aux investisseurs étrangers avec ces textes de lois qui changent avec chaque nouveau locataire ?

Apparemment, on se dirige tout droit vers une année 2021 blanche et probablement, encore une fois, vers une révision de l’actuel cahier des charges régissant l’activité de concessionnaire automobile.

Afficher plus

Nadir Kerri

Journaliste spécialisé en Automobile/Directeur de Publication Autojazair

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page