Actu Nationale
A la Une

Premiers agréments pour l’importation de véhicules: le suspense se prolonge !

Le suspense concernant les premières attributions d’agréments pour les importations de véhicules neufs se poursuit toujours.

En dépit du fait de l’installation, le 8 juillet dernier, d’un nouveau  ministre de l’industrie en la personne d’ Ahmed Zeghdar, ses instructions et orientations en direction de ses cadres afin “d’ assurer la bonne marche du secteur et garantir la célérité et la rigueur dans le traitement des dossiers », ainsi que ses appels  pour “ trouver de nouvelles méthodes de travail permettant d’améliorer la performance de l’administration centrale et de ses différents services locaux afin de créer un climat d’affaires serein et relancer l’investissement générateur de richesses”, il n’en demeure pas que ce dossier continue de traîner en longueur depuis de longues années déjà.

Certes, les “réserves de fond” formulées par les membres du comité techniques en direction de plusieurs dossiers comme nous le rapportions dans notre édition du 8 juillet devraient être, depuis cette date,  “traitées” et “levées” par les prétendants à l’agrément de concessionnaire automobile  du moment que pas moins de 39 dossiers auraient été déposés au niveau du secrétariat du comité technique dont 16 dossiers uniquement pour les véhicules légers , les véhicules utilitaires, les camions, tracteurs routiers et bus.

  La sortie, le 24 juin dernier, du premier responsable du secrétariat technique des deux comités chargés de la construction automobile et des concessionnaires de véhicules neufs au niveau du ministère de l’Industrie, avait, souvenons- nous, donné de l’espoir à des millions d’algériens en quête d’un véhicule neuf. Ce dernier avait déclaré, sur le plateau de la chaîne TV  privée Echourouk Morning,  que les premiers agréments seraient attribués, dès la” semaine prochaine ». C’était le 24 juin!

Ce rêve est en train de se transformer en véritable cauchemar pour ses millions d’algériens à la recherche d’un véhicule neuf mais aussi et surtout pour des milliers d’entreprises publiques et privées dans le transport, le commerce, les services ,  le BTP ainsi que dans d’autres secteurs d’activité.

Les prix des véhicules assemblés en Algérie ainsi que ceux importés par des opérateurs privés par le biais de licences de moudjahidines connaissent aujourd’hui , une flambée des prix invraisemblable. Le citoyen lambda n’a ni les moyens financiers l’envie de s’orienter vers cette catégorie de véhicules. Idem pour le véhicule d’occasion  dont la côte flambe de semaine en semaine   

La solution réside dans le fait d’accélérer encore plus  le processus d’étude et  d’évaluation des dossiers , d’attribuer les premiers agréments et de permettre aux concessionnaires de démarrer les importations et aux citoyens de souffler après des années de disette.

Allons nous vers une attribution des premiers agréments et, de ce fait, vers une libération du marché de l’importation de véhicules neufs ou … vers une autre année blanche?

L’avenir nous le dira

A bon entendeur !  

Afficher plus

Nadir Kerri

Journaliste spécialisé en Automobile/Directeur de Publication Autojazair

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page